Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cérémonie des obsèques : des prêtres aux laïcs

Mgr Percerou peut-il affecter un prêtre à chaque enterrement ? Sur le papier, oui. Le veut-il ? Rien ne l’indique. Au contraire, l’évêque de Moulins a même conçu un programme de formation des laïcs à la célébration de funérailles. Un programme dont les prêtres... sont exclus.

Le diocèse de Moulins, dont le territoire correspond au département de l’Allier, a compté 4 362 décès en 2018 selon les derniers chiffres annuels disponibles de l’INSEE. En supposant que la moitié d’entre eux souhaite une cérémonie catholique, sachant qu’il y a trente prêtres actifs dans le diocèse, cela représente environ 70 enterrements par prêtre et par an : cela paraît tout à fait possible.

 Mais le programme pastoral diocésain Amis dans le Seigneur adopté en juin 2019 (analysé ici) par Mgr Percerou après 18 mois de « concertation » est absolument muet sur le sujet. Pourtant, s’il est un moment où les habitants du diocèse peuvent être demandeurs de cette amitié, c’est bien le moment des funérailles. Il paraît donc étrange que l’évêque de Moulins ne saisisse pas ce moment et n’encourage pas ses prêtres à célébrer des obsèques – et ainsi, peut-on supposer, ramener quelques brebis égarées au bercail.

 Le programme de formation des laïcs à la célébration des funérailles 2019-2020 propose une douzaine de sessions sans un seul prêtre comme intervenant, alors qu’on peut noter la présence d’un pédiatre. Mgr Percerou estime donc indispensable d’inviter un médecin spécialiste des enfants mais pas le médecin spécialiste des âmes qu’est le prêtre...

 Le contenu de ce programme de formation permet de formuler une explication. Rien ne concerne les fins dernières : pas de mention du jugement par le Christ et pas de mention de la possibilité dramatique d’être « damné pour l’éternité », comme l’expliquent en détail les textes du catéchisme de l’Eglise catholique. Et comme l’affirme le Symbole des Apôtres proclamé à chaque messe : le Christ reviendra « juger » les vivants et les morts.

 La conception personnelle de Mgr Percerou est très différente. Elle est contenue toute entière dans la phrase de conclusion de son homélie pour les obsèques de l’abbé Michel Saint-Gérand le 17 janvier 2018, disponible en ligne : « Tu peux entrer maintenant dans la joie de ton Maître. Prends place à sa table et laisse-toi servir par Lui. » Autrement dit, pas de jugement, pas de purgatoire (voir ici), aucune allusion à l'enfer, mais directement le paradis.

 Dès lors, nul besoin d’être prêtre pour annoncer cette bonne nouvelle aux proches d’un défunt : quoi qu’il ait fait, il est sauvé – un laïc peut l’annoncer. Dès lors, il est également inutile de prier ou de faire dire des messes pour le défunt – notions également absentes du programme de formation. Et voilà comment la célébration des funérailles est en cours de transfert des prêtres aux laïcs dans le diocèse de Moulins.

 *

Illustration. Détail du devant d’autel de l’église Saint-Michel de Soriguerola : la pesée des âmes après la mort. XIIIe siècle.

Commentaires

  • Connaissez vous le personnage fictif anglo saxon "Susan from the parish council ? " elle serait contente avec ce programme et cette formation aux laïcs

  • Hilarant ! ll y a aussi beaucoup de ces mamies-bigoudis dans les diocèses français, qui dirigent très sûrement le désastre pastoral avec leur évêque - ici Mgr Patrick Mullan. que Susan appelle tout simplement Pat - et avec leur curé, ici le Father Bob Boomer que Pat a chargé de fusionner deux paroisses. Mais voilà qu'arrive le Father YoungTrad... C'est une série qui fait le buzz sur Twitter et Facebook, très réaliste, merci de l'avoir signalée !

  • Malheureusement la réalité dépasse la fiction. Rien qu'à voir le nombre de "Susan" rien que dans le diocèse on pourrait ecrire1un livren

  • Pardon de vous contredire mais, pour avoir suivi cette formation "Funérailles", à chaque fois que de besoins un Prêtre était bien présent et apportait des précisions on ne peut plus juste.
    Ces formations ont, à mon avis, la plus grande importance car elle permettent d'assimiler et la démarche d'accompagnement et le Rituel : restons confiant dans cette pastorale effectivement encouragée par notre Evêque : heureusement!!!

  • Merci pour votre témoignage et votre engagement précieux. Mon commentaire portait seulement sur l'absence de prêtres comme intervenants dans le programme de formation aux funérailles. Si un prêtre est présent lors de la formation, cela mériterait peut-être d’être signalé sur le programme... Plus encore, peut-être pourrait-il avoir un rôle un peu plus important que simplement "apporter des précisions", et pourquoi pas même accéder à la dignité d’intervenant !

Écrire un commentaire

Optionnel