Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Profanations : les contradictions de Mgr Percerou

Encore une profanation dans le diocèse de Moulins. Elle a eu lieu fin juillet 2019 à l’église saint Martin de Lurcy-Lévis, village de 2 000 habitants aux confins de l’Allier, du Cher et de la Nièvre. La réaction de Mgr Percerou est très surprenante.

Par communiqué, Mgr Percerou a décrit ce qui s’est passé : « vols de calices et de ciboires et, plus odieux encore, celui de la réserve eucharistique » et a commenté : « Il n’y a rien de plus offensant contre Dieu et contre la foi chrétienne que le vol et la profanation des Saintes Espèces. » Lors d’une précédente profanation début avril 2019 à l’église saint Pierre de Montluçon, Mgr Percerou avait également décrit l’évènement : « Le tabernacle a été forcé, et le ciboire contenant les hosties consacrées a été emporté » et l’avait commenté : « Cet acte, qui nous touche dans le cœur de notre foi, est un acte terrible et dramatique. »

 Les mots de Mgr Percerou sont très forts. Et ont de quoi surprendre. « Le cœur de la foi » touché ? Vraiment ? Pourtant, Mgr Percerou ne dit pas un mot de ce « cœur de la foi » dans ses quinze pages de son Projet pastoral diocésain mûri pendant 18 mois, ni dans sa définition de la messe, ni dans ce qu’il veut enseigner aux jeunes, voir par exemple ici et ici. Il y a une contradiction totale entre le discours habituel de l’évêque de Moulins et sa réaction aux profanations.

 Regardons ce que dit le catéchisme de Jean-Paul II au n°2120 : « Le sacrilège consiste à profaner ou à traiter indignement les sacrements et les autres actions liturgiques, ainsi que les personnes, les choses et les lieux consacrés à Dieu. Le sacrilège est un péché grave surtout quand il est commis contre l’Eucharistie puisque, dans ce sacrement, le Corps même du Christ nous est rendu présent substantiellement. »

 Résumons : Mgr Percerou n’utilise pas le vocabulaire de l’Eglise. Il ne parle ni de sacrilège, ni de péché grave et fondamentalement il n’explique pas le problème : pour un catholique, les hosties consacrées sont le Corps même du Christ.

 Mgr Percerou célèbrera une messe de réparation à l’église saint Martin de Lurcy-Lévis mardi 6 août à 19h. L’occasion peut-être d’expliquer dans son homélie ce qu’est « le cœur de la foi » catholique...

*

Illustration : tabernacle vide, hors diocèse de Moulins.

Commentaires

  • Vous écrivez "je cite" pour un catholique, les hosties consacrées sont le Corps même du Christ. "fin de citation"

    Ce n'est pas "pour un catholique", c'est pour tout le monde !
    Que ça plaise ou non.
    La Transsubstantiation opérée par le prêtre agissant "in personna Christi" lorsqu'il prononce validement les paroles de la Consécration, fait que sous l'apparence de l'hostie, c'est réellement le corps, le sang, l'âme et la divinité de Jésus-Christ, présent sous l'apparence du pain.
    Et ce n'est pas "pour nous", ou "pour les catholiques".
    Car dans ce cas il y aurait impanation sans consécration.
    Comme le pense certains protestants.

    Que les athées, ou les païens n'y croient pas, ça ne change rien à la réalité objective.

Écrire un commentaire

Optionnel