Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mgr Percerou demande pardon

Dimanche 30 août 2020 à 16h a eu lieu la messe d’adieu du diocèse à son évêque nommé à Nantes. Après de nombreux discours d’autocélébration – comme si le nombre des fidèles et des prêtres n’avait pas chuté pendant cet épiscopat – est néanmoins venu un moment de vérité, au bout de deux heures et une minute.

L’évêque nommé de Nantes a ainsi déclaré : « C’est l’occasion pour moi d’humblement demander pardon à celles et ceux que j’aurais pu blesser, au cours de ces sept dernières années, par des comportements ou des paroles, qui ne se seraient pas retrouvés dans ce que j’ai essayé de dire et de faire. Pardon pour les contre-témoignages. » C’est court mais clair. (vidéo complète ici).

Des trois actes du pénitent que décrit le catéchisme de l’Église catholique (voir ici ), on aura reconnu la moitié d’une contrition, une confession, et l’absence de satisfaction. Rappelons que la contrition comprend d’une part le regret des fautes commises et d’autre part la ferme volonté de ne pas recommencer, ici absente comme les Nantais n’auront pas manqué de le remarquer avec inquiétude. La confession, c'est-à-dire l'aveu des fautes, est suivie d’une satisfaction : réparation des torts commis et expiation (par une pénitence), tous deux absents également.

Mais peut-être Mgr Percerou aura-t-il néanmoins pris in extremis des dispositions réparatrices pour tous les exclus de son apostolat, nombreux puisque une seule et unique sensibilité était présente dans ses plans épiscopaux (voir ici ou ici), pour tous ceux donc dont l’existence même était de fait niée, ce qui n’est pas une petite violence.

Concluons avec une observation du cardinal Ratzinger sur la disposition du chœur de la cathédrale pour cette cérémonie (voir photo d’ouverture) : « Je compte parmi les manifestations les plus absurdes des dernières décennies d’avoir mis la croix sur le côté pour libérer la vue sur le prêtre. La croix est-elle gênante pendant la messe ? Le prêtre est-il plus important que le Seigneur ? On devrait remédier à cela le plus vite possible. » (in L’Esprit de la liturgie, Ad Solem, 2002, p. 71).

Bien évidemment, le pape François célèbre avec une belle croix bien au milieu de l’autel et de nombreux évêques français, 18 ans après le vœu du futur Benoit XVI, ont également remis la croix au centre. Les Nantais auront peut-être l’honneur de voir Mgr Percerou s’effacer devant la croix, mettant ainsi en œuvre l’humilité qu’il autorevendique.

Si un tel changement intervenait, je ne manquerais pas d’effectuer une mise à jour sur ce blog. Mais faute de temps, je ne suivrai pas en détail le nouveau mandat épiscopal de Laurent Percerou à Nantes. Ce blog ne sera donc plus un blog d’histoire immédiate, mais seulement un témoin du mandat de l’évêque de Moulins entre 2013 et 2020, complété de temps à autre. Vous pouvez donc toujours m’adresser vos informations ou écrire des commentaires qui restent ouverts pour chaque billet. Bonne rentrée à tous !

* * * 

Commentaires

  • Bonjour, je reviens sur votre message, que la croix a été posée, sur la gauche de l'autel, le dimanche 30 Aout 2020, oui c'est vrai mais cette croix est celle de la procession, sachant que dans le choeur de la cathédrale de moulins il y a une grande croix, bois en noir et christ en doré, c'est celle ci qui fait foi, et je pense qu'on l'a voit amplement de partout dans la cathédrale, donc je ne suis pas sur que Monseigneur Percerou est voulu, passer, et mépriser la Croix , a chacun sa vision et son droit de recevoir l'info, pour moi qui vais à la cathédrale je sers d'abord, le christ, après les qualités et défauts des ministres, Dieu saura s'en occupé? Et puis ceux ci passent sont en mission ici,et repartent, ent Nous paroissiens nous restons avec espérance et foi en Dieu, Merci et Courage!

  • Vous avez raison : il n'y a évidemment aucune volonté consciente de l'évêque de mépriser la croix. Ce que déplore Joseph Ratzinger que je cite, c'est le fait de mettre la croix sur le côté, sans y penser, juste parce que c'est plus pratique pour mieux voir le célébrant, et donc implicitement signifier que voir le prêtre est plus important que la croix. Vous dites qu'il s'agit de la croix de procession : elle n'a donc rien à faire sur le côté de l'autel, ce n'est pas un lieu de rangement ! Peu de choses sont nécessaires sur l'autel. La croix d'autel est nécessaire pour que le célébrant la regarde. S'il y a une grande croix au fond du chœur comme vous dites, très bien pour les fidèles mais le célébrant lui l'a dans le dos et ne la voit pas ! Le journal La Croix commente bien l'importance... cruciale du crucifix sur l'autel pour le prêtre ici : https://africa.la-croix.com/question-du-jour%E2%80%89-dans-les-eglises-que-signifie-le-crucifix-sur-lautel%E2%80%89/ Bonne journée

  • pour info il y a bien un crucifix sur l'autel , comme cela il rappel au célébrant le christ,

  • Un crucifix rétréci à l'extrême alors ! Impossible à distinguer sur l'image extraite de la vidéo, alors qu'on arrive à voir des chandeliers d'autel pourtant petits. Mais dont acte, et merci pour la précision. Du coup je me demande ce que peut bien ressentir un célébrant qui regarde un crucifix minuscule. Cette situation ne le conduit-elle pas à regarder autre chose ?
    Pas de risque en revanche avec le grand crucifix d'autel utilisé par le pape François : le crucifix se voit bien, le pape regarde bien le crucifix, les fidèles voient bien le pape regarder le crucifix : aucun doute, la croix est bien au centre de la messe papale.

  • Les catholiques (les vrais pas les moux du genoux ) nantais sont justement en train de se rendre compte qu'il n'y a rien à attendre de cet évêque lisse et sans saveur.
    Celui-ci vient de se désolidariser de la manifestation prévue dimanche sur le parvis de la cathédrale.

Écrire un commentaire

Optionnel